Catalogues de Noël : l’humanitaire au service du commerce

Si vous êtes donateur à une ou plusieurs associations à but caritatif, vous avez peut-être reçu un catalogue de Noël pour faire des « cadeaux solidaires » ou autres achats dont la vente sera « réalisée au profit de » l’association que vous soutenez. Sur la une de ce catalogue, le mot « solidaire » et le logo de l’association apparaissent, pas de doute la vente se fait bien au profit de l’association.

Mais en regardant de plus près, écrit en petit sur la quatrième de couverture, on voit le nom d’une « société par action simplifiée au capital de 200 000€ ». Je ne cite volontairement pas les associations concernées car je ne pourrai être exhaustif, et je ne cite pas la société en question non plus car ce qui me gêne ce n’est pas tant le fait qu’une entreprise reverse une partie de ses bénéfices à une association, et en fasse son principal fonds de commerce (quoi qu’on puisse y trouver à redire) que l’absence totale de transparence sur ces catalogues.

En effet, la présentation est d’abord trompeuse. On pense acheter directement à l’association à but non lucratif alors qu’il s’agit d’un catalogue d’une entreprise commerciale habillé avec une couverture personnalisée selon l’association cliente.

D’autre part il y a une absence totale d’information concernant la part reversée à l’association. J’imagine que, puisqu’on peut trouver sur internet que l’entreprise en question a fait un bénéfice de plus de 100 000€, toute la vente n’est pas au profit de l’association, ce qui serait impossible pour une entreprise commerciale d’ailleurs.

Si j’ai donné pour titre à mon billet « l’humanitaire au service du commerce », c’est bien que ce catalogue en se présentant comme « solidaire » et en affichant le logo de l’association profite à une société commerciale sous prétexte d’humanitaire et non l’inverse. Il aurait été bien plus honnête de fournir un catalogue affichant la marque de la société en question et de préciser quelle part des bénéfices est reversée à l’association, j’aurais alors pu faire une critique qui aurait eu pour titre « le commerce au service de l’humanitaire », qui est un sujet intéressant à débattre également.

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s