L’économie n’est pas une science à part !

En passant de son ancienne dénomination « d’économie politique » à « science économique », l’économie semble avoir tenté de passer de la subjectivité du politique à l’objectivité de la science. Il n’y a qu’à voir les nombreuses formules mathématiques qui régissent les lois de l’économie dans les différents courants pour se persuader du caractère scientifique de l’économie, si vous avez étudié la mécanique des fluides en physique vous ne serez sans doute pas dépaysés en étudiant la dynamique économique. Mais voilà, l’économie reste une science molle au grand dam des économistes qui voudraient que leurs modèles représentent le monde économique aussi fidèlement que la cosmologie représente l’univers. Cette piste nous mène droit dans le mur. En fait, plus on essaye de rapprocher l’économie des sciences dures, plus on s’éloigne de la vérité. L’économie n’est pas une science à part : s’il existe des objets matériels autonomes et interdépendants à étudier régis par les lois de la physique, aucun objet économique ne peut être défini selon le même modèle : objets inertes, sans volonté et qui obéissent à un déterminisme simple. L’économie ne devrait pas simplement être une science « sociale », mais elle devrait être un sous-domaine de la sociologie, en tant qu’elle étudie des rapports sociaux entre humains qui ont simplement la particularité de concerner, entre autres, des échanges de biens et services.

L’exemple du rapport de force dans la formation des prix

Pour les économistes classiques comme pour Marx, les prix se forment selon des lois mathématiques immuables. Selon cette vision, les objets auraient une valeur, et le commerce serait un « échange d’équivalents » (selon les termes de Marx, mais qui ne seront pas reniés par votre économiste ni votre commerçant du coin). Tout le débat consistera ensuite à savoir si la valeur des objets vient du travail, et donc le profit de l’exploitation, ou de l’utilité de l’objet. Mais l’échange, que ce soit de marchandises ou de paroles, implique des êtres humains, c’est un acte social. Il ne peut pas être défini entièrement par une formule mathématique, il dépend de la culture, de la position sociale.

C’est ce que nous disait déjà Aristote et que nous rappelle Paul Jorion dans Misère de la pensée économique : « Le modèle d’Aristote affirme qu’entre deux parties libres de négocier le prix d’un bien échangé entre elles, ce prix sera déterminé par leurs statuts respectifs : il s’établira de telle manière que le statut de ces deux parties au sein de la société se maintienne identique à ce qu’il était avant que la transaction ait eu lieu. » Cet exemple montre parfaitement l’utilité d’étudier l’économie dans le cadre de la sociologie et non comme discipline indépendante. Si on étudie l’économie pour l’économie, on voit les différents constituants des rapports d’échanges comme des objets inertes et on essaye de déterminer les lois qui les régissent, forcément imparfaites. Si on tient compte des rapports humains, on touche à la complexité des échanges et on arrive donc à la substance de notre sujet d’étude.

Conclusion

Pour conclure, je citerai Engels, qui est tout à fait d’accord avec moi : « l’économie n’a pas affaire aux choses, mais aux rapports entre les personnes et, en dernière instance, entre les classes ; cependant, ces rapports sont toujours liés à des choses et apparaissent comme des choses. » (Cité dans la Revue Agone n°44)

On peut élargir la nécessité de subordonner l’économie à d’autres disciplines que la sociologie. Il peut être pertinent par exemple de subordonner l’économie à l’écologie scientifique, ce qui nous rapproche forcément de l’écologie politique d’ailleurs, pour prendre en compte dans l’activité économique de l’homme les ressources naturelles, qui, ne pouvant plus comme par le passé être considérées comme illimitées, conditionnent fortement l’économie. Frédéric Lordon a quant à lui tenté, avec succès, de rapprocher économie et philosophie avec son livre Capitalisme, désir et servitude, sous-titré Marx et Spinoza. De telles initiatives sont à reproduire, l’économie ayant à gagner en pertinence en ne se croyant pas détachée du reste de l’univers.

Publicités
Cet article, publié dans Analyses, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s