Fascisme et grand capital, Daniel Guérin

Face aux scores relativement élevés de l’extrême droite aux élections et à leur surreprésentation sur internet ainsi que celle d’autres fascistes plus ou moins francs glorifiant la nation avec un vernis « social » sur leur discours en feignant de n’avoir rien à voir avec le « national-socialisme » et tout en disant que ce n’était pas si mal (je sais, c’est confus, je reproduis justement la confusion de leurs idées, ou leur confusionnisme si vous voulez) il m’a paru utile de m’informer plus en détail sur le fascisme, phénomène malheureusement bien d’actualité, et donc, sur ce qu’il a été historiquement. Pour ce faire, j’ai commencé par le diptyque de Daniel Guérin : La peste brune, un récit de voyage en Allemagne en 1932 qui témoigne de la montée du nazisme et de la prise de pouvoir de Hitler, et Fascisme et grand capital, écrit en 1936 et revu en 1945, qui décrit en détail et point par point les stratégies et politiques appliquées en Italie et en Allemagne.

Le billet ici présent a pour but principal de vous présenter le plan détaillé de Fascisme et grand capital de Daniel Guérin, afin d’avoir une petite idée de son contenu. L’enjeu de la connaissance du fascisme est de pouvoir lutter contre la montée de celui-ci que nous vivons ces dernières années. La démagogie fasciste se sent à l’aise pour viser les petits commerçants et autres petits-bourgeois, mais elle vise plus largement les mécontents du système actuel, elle se positionne comme « anti-système », et tente même d’aller sur le terrain des anticapitalistes, en remplaçant l’anticapitalisme par l’anti-libéralisme et le protectionnisme.

Les grandes techniques de l’extrême droite actuelle ne sont pas nouvelles, on les voit déjà utilisées, dans les années 20 et 30, pour rassembler, derrière un « homme providentiel » et un patchwork incohérent d’idées parodiées sur la gauche et enracinées très à droite, des personnes aux intérêts et aspirations divers.

Ce qui m’a marqué dans le livre de Guérin, au delà de l’imposture que représente le fascisme que je connaissais déjà bien que pas en détail, c’est la ressemblance de la situation qui a mené au fascisme avec la situation actuelle. Les causes principales que met en avant Daniel Guérin dans la montée du fascisme sont, d’une part, la crise économique, et sur ce point bien sûr on peut comparer à la situation actuelle, mais c’est aussi la trahison de la social-démocratie. En effet, le fascisme naît pour Daniel Guérin d’un déficit de socialisme (il réfute en cela ceux qui prétendent que le fascisme est une réaction à la montée du socialisme). Il ne connaissait pas la situation actuelle lorsqu’il écrivait cela en 1936 ou 1945, mais on peut reconnaître les mêmes causes aujourd’hui, avec notre « social-démocratie » qui se transforme en libéral-démocratie et la perte de confiance en l’idéal socialiste que l’effondrement de l’URSS a produite.

Je finirai sur un point qui me semble important à propos de l’anti-fascisme vu par Daniel Guérin. Pour lui, un combat anti-fasciste était nécessaire, et la gauche de l’époque, ne croyant pas à l’arrivée au pouvoir du fascisme a manqué de combativité face au fascisme. Il ne faudrait donc pas refaire la même erreur aujourd’hui et espérer pour je ne sais quelle raison glorieuse, remontée de la croissance et reprise de confiance des petits commerçant envers l’UMP par exemple, que les gens se lassent de l’extrême droite. Le combat doit être mené. Ce combat indispensable est cependant insuffisant d’après lui et ne peut être efficace que si l’on propose un autre modèle positif, il ne faut pas simplement s’opposer au fascisme, il faut réveiller l’idéal révolutionnaire dans la population, sans quoi l’antifascisme serait inefficace.

Je vous laisse donc découvrir le plan de Fascisme et grand capital, que je mets en format pdf et qui donne en lui-même des informations intéressantes bien qu’il ne dispense bien sûr pas de lire le livre.

Fascisme et grand capital (plan)

Publicités
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Fascisme et grand capital, Daniel Guérin

  1. Ping : Fascisme et grand capital, Daniel Guérin : nouvelle édition chez Libertalia | Au Prochain Chapitre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s