Pour la sociologie (Bernard Lahire)

LahireComprendre n’est pas juger

On pourrait penser que chercher les causes à un problème pour pouvoir le résoudre est une démarche logique que le bon sens de chacun peut admettre comme allant de soi. Pourtant, à chaque nouvel acte criminel ou de délinquance, des hommes politiques et des journalistes s’indignent contre cette démarche en accusant ceux qui cherchent des causes de chercher des « excuses ». C’est à ces ennemis de la compréhension que le sociologue Bernard Lahire répond en écrivant ce petit essai accessible, qui pourra même éventuellement servir d’introduction à la sociologie.

Le livre contient l’essai en lui-même et ce qui est présenté comme un « supplément », qui est une sorte de cas pratique de l’essai qui le précède, puisque c’est une critique du livre de Philippe Val contre le « sociologisme », Malaise dans l’inculture.

Bernard Lahire défend la sociologie en tant que science, qui étudie les interactions entre individus et groupes d’individus. Pour cela, elle doit étudier les déterminismes. L’auteur rappelle donc les arguments classiques du déterminisme contre ceux du libre arbitre.

On peut trouver contradictoire sa défense du caractère non normatif de la sociologie et l’usage qui est fait de la sociologie dans les milieux militants de gauche ou dans l’engagement même de certains sociologues comme Pierre Bourdieu. Mais Bernard Lahire défend l’objectivité de la méthode scientifique du sociologue sans nier que si « comprendre n’est pas juger », tenir compte des déterminismes est le seul moyen d’agir efficacement. L’objectivité du sociologue est nuancée par ailleurs dans une citation de Durkheim qui rappelle à la fois que la science se doit « d’exprimer le réel, non de le juger », mais que le scientifique fait ses choix de recherches en pensant éventuellement aux possibilités qu’ouvriront ses découvertes.

Finalement, c’est dans le « supplément » qu’on comprendra l’articulation exacte entre sociologie et engagement politique, lorsqu’il écrit que si les sciences sociales ne sont pas là pour dénoncer, la réalité qu’elles décrivent provoque l’indignation lorsqu’elle s’écarte de nos valeurs affichées, comme la mise en évidence de discriminations dans une société qui se veut égalitaire.

Un essai à lire et à offrir, donc, pour que les hommes politiques et les journalistes ne puissent plus chercher d’excuses à leur rejet de la compréhension des déterminismes sociologiques.

Publicités
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s